Les enseignements du second tour en Rhône Alpes et en Isère

Résultat sans appel. Avec plus de 50% des voix, la gauche rassemblée autour de Jean-Jack Queyranne a été plébiscité par les rhônalpins face à l’UMP de Françoise Grossetête qui recueille environ 34% des suffrages et au Front national de Bruno Gollnisch qui totalise près de 15 % des votes.

En Isère, Jean-Jack Queyranne arrive largement en tête avec 55% des voix contre 29% pour la chef de file de l’UMP et 14% pour le candidat du Front national

Cette victoire marque bien évidemment la reconnaissance des rhônalpins pour le travail et les réalisations menées par l’exécutif régional sortant mais est également un avertissement clair au gouvernement Fillon et au président de la République par rapport à la politique menée depuis près de trois ans. Les Français ont, une fois encore, montré leur intérêt pour les régions, à l’heure où l’exécutif tente d’imposer l’inique réforme des collectivités territoriales prévue à l’horizon 2014 et que le Parti socialiste s’est d’ores et déjà engagé de supprimer s’il retrouvait la confiance de nos concitoyens.

Cette performance ne doit cependant pas nous faire oublier notre devoir de rénovation mais aussi la préparation d’un projet ambitieux et fort pour les Français dans l’optique des élections de 2012.

Pour info, les résultats sur Grenoble :

Jean-Jack Queyranne (PS – Europe Ecologie – Front de gauche) : 64,9%

Françoise Grossetête (UMP – Nouveau Centre) : 25,3%

Bruno Gollnisch (FN) : 9,8%

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s